Commerce mondial : « L’antagonisme frontal entre Pékin et Washington pourrait continuer à se durcir »

Le politologue Yannick Mireur estime, dans une tribune au « Monde », que le semi-échec probable des pourparlers commerciaux actuels entre la Chine et les Etats-Unis fragiliserait la stabilité mondiale, d’autant que les points de friction ne manquent pas

Par Yannick Mireur Publié aujourd’hui à 14h16

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. Les hostilités commerciales ouvertes par le président Trump avec la Chine populaire pourraient ne pas atteindre leur but au 1er mars, échéance de la trêve annoncée entre les deux pays en décembre 2018. Bien que légitimes, elles risquent de créer des conditions de tensions redoublées, menaçant à terme la stabilité internationale.

Les négociations actuelles ont deux objectifs : réduire les près de 380 milliards de dollars (335 milliards d’euros) de déficit de la balance commerciale américaine par des promesses d’achats de biens américains dans les secteurs agricole et énergétique, et amener la Chine à des réformes structurelles sur trois points-clés que sont les subventions publiques – qui faussent la concurrence par le biais des entreprises d’Etat –, les transferts de technologie des sociétés étrangères implantées en Chine, et enfin la propriété intellectuelle.

« Des escarmouches aéronavales en mer de Chine au problème nord-coréen, avec la rapide détérioration des relations entre Séoul et Tokyo, les allumettes ne manquent pas… »

Donald Trump a eu l’audace de dénoncer sans détour les méthodes déloyales de la Chine et sa politique mercantiliste que poursuit la récente stratégie Made in China 2025. Mais son égocentrisme bravache et sa répulsion au travail sérieux nuisent à la cohérence de sa politique. Habile à habiller un échec en succès, Donald Trump pourrait crier victoire en mars, sur la base d’un accord en réalité faible, n’assainissant en rien les questions de fond que pose la politique de l’Etat-parti chinois. Derrière des effets d’annonce aussi trompeurs qu’optimistes, l’antagonisme frontal entre la Chine et les Etats-Unis pourrait ainsi continuer à se durcir, soutenant la trajectoire de collision entre la puissance américaine dominante et la puissance chinoise montante.

Le danger auquel l’Amérique de Trump exposerait la paix mondiale serait alors, faute d’un règlement efficace des différends entre les deux acteurs, d’entrer dans une logique d’un conflit inévitable, qu’une étincelle pourrait un jour déclencher. Des escarmouches aéronavales en mer de Chine au problème nord-coréen, avec la rapide détérioration des relations entre Séoul et Tokyo, les allumettes ne manquent pas…

Les inquiétudes du Japon face aux illusions pacifistes de la gauche sud-coréenne au pouvoir, qui donne la priorité à l’apaisement avec Pyongyang, alimentent les facteurs de discorde. L’abandon du « dialogue stratégique sino-américain » créé en 2005 et l’absence d’une action coordonnée avec l’Europe, le Japon et la Corée du Sud par une Maison Blanche qui dysfonctionne nuisent aussi à l’ambitieux objectif d’obtenir de la Chine des réformes de structure.

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...